MENU
K2

Conjurer la peur, l’actualité d’Ambrogio Lorenzetti*

Conjurer la peur, l’actualité d’Ambrogio Lorenzetti* - publication Cercle K2

Cercle K2 neither approves or disapproves of the opinions expressed in the articles. Their authors are exclusively responsible for their content.

Diplômée de l'Ecole du Louvre, Christine de Langle est Historienne de l’art et Fondatrice d’Art Majeur. 

---

« Tout est bruit pour qui a peur » Sophocle

---

La peur jaillit de l’inattendu qu’on ne maîtrise pas et qui peut apporter la mort. Individuelle ou collective, la mort menace les personnes et les organisations. Comment affronter cette émotion négative et comment gérer les situations dégradées qui en découlent ?

 

Une nécessaire prise de recul

Qui a peur et pourquoi ? Aujourd’hui, tout le monde a peur d’un virus qui s’avère mortel et qui a nécessité le confinement de la population. De la peur du virus, nous sommes passés à la peur du déconfinement. Nous sommes tiraillés entre la peur de la dégradation de la situation économique et celle de la situation sanitaire. Mort physique et mort économique, une double peine ? Que faire du principe de précaution et comment appréhender la responsabilité du dirigeant ? 

Pour sortir de la pression de cette actualité anxiogène, prenons un peu de recul. Avec les scientifiques, nous nous efforçons d’observer, d’analyser et de comprendre le réel. L’art nous permet d’appréhender la force d’une pensée en image et de donner forme à une intuition.

 

La force d’une allégorie réelle

Hier ou aujourd’hui de quoi devons-nous avoir peur ? C’est bien la question que pose au 14e siècle Ambrogio Lorenzetti, peintre officiel de la ville de Sienne, concepteur et réalisateur d’un ensemble de fresques peintes entre février 1338 et mai 1339 pour le Palazzo Pubblico, lieu de pouvoir des neufs magistrats qui gouvernent la commune. L’œuvre de Lorenzetti fut très vite reprise, recopiée ou citée, preuve de sa pertinence et de son actualité. Son titre d’origine « La Paix et la Guerre » devient au 19e siècle à la faveur du Risorgimento et de l’unité italienne « Allégorie et effets du Bon et du Mauvais Gouvernement ». Le message politique est clair, du choix du gouvernement dépendent la paix et la guerre. Sur toute la longueur de la Salle des Neuf ou Salle de la Paix, l’artiste a décrit les activités des Siennois, en ville et à la campagne. La Renaissance, avec son espace unifiée, n’est pas encore passée par là. Et c’est un fourmillement de détails qui nous permet de suivre dans la fresque de la Paix la réalité des activités commerciales, artisanales, financières, immobilières, agricoles ou éducatives.  La Guerre se reconnait par l’absence de ces mêmes activités. Paix, Guerre, Justice, Bien commun, Orgueil ou Tyrannie, autant de  figures allégoriques qui viennent ponctuer ces descriptions de la Paix et de la Guerre. La tension voulue par Lorenzetti entre réalisme et allégorie structure sa composition picturale. Le réalisme nous donne une connaissance de l’environnement de l’époque et l’allégorie nous permet d’en faire l’actualisation.

 

Le danger de la séduction

Au 14e siècle, la guerre est une réalité quasi quotidienne. C’est la guerre des cités entre elles, selon qu’elles sont du parti du Pape (les Guelfes) ou de celui de l’Empereur germanique (les Gibelins). Guerres incessantes qui engendrent lassitude et tentation est alors grande de vouloir abandonner un pouvoir communal chèrement acquis pour se mettre sous la protection d’un seigneur. La fresque prend alors la forme d’un véritable programme politique qui met en garde le pouvoir communal des Neuf. Sienne est-elle prête à abandonner la recherche du Bien commun, fragile équilibre entre les ressources des uns et les appétits des autres au profit des ambitions d’un seul, aussi séduisant soit-il ? Au-delà du programme politique, Lorenzetti avertit et force à chercher la source de la peur. La séduction peut faire peur. La force de l’image fait le reste.

 

Nous sommes tous siennois

A quoi sert cette prise de recul dans le temps et dans l’espace ? En quoi l’exemple de Sienne, de son gouvernement, bon ou mauvais, peut-il nous intéresser et nous proposer aide ou solutions pour sortir de cette peur d’un lendemain tellement incertain pour nous et nos organisations ?

Il y a quelques semaines, nous étions tous siennois, allant et venant dans nos activités quotidiennes. La crise arriva soudaine et terrible, « la guerre » et la peur.

Aujourd’hui, de quelle séduction devons-nous avoir peur ? La séduction du déni, du tout comme avant, d’une privation continue des libertés citoyennes ?

Prenons acte avec humilité de la nécessité d’une prise de recul qui favorise les prises de conscience. Quel est notre nouvel environnement ? Quelle est notre nouvelle unité de temps ? Quel est notre traitement de l’information et la communication ? Quel est notre degré d’anticipation d’une nouvelle crise ? Dans nos choix, où se place l’essentiel ?

 

Sophocle nous a prévenu « Tout est bruit pour qui a peur ». Pour sortir de cette cacophonie, osons recourir à la force des images, de ces allégories qui nous aident à prendre de la distance avec le réel immédiat pour inventer avec courage la réalité de demain.

                                         

Chrsitine de Langle

---

* Lien Wikipedia vers "Allégorie et effets du Bon et du Mauvais Gouvernement"

Lien Google Art & Culture