MENU

Olivier Le Mailloux

Avocat , Membre du Conseil de l’Ordre du barreau de Marseille & Ancien lauréat de la Conférence

Après avoir enseigné à la Faculté de Droit d’Aix-en-Provence, Olivier Le Mailloux choisit, en 2012, d’intégrer le barreau de Marseille.

Premier Secrétaire de la Conférence, il est actuellement Membre du Conseil de l’Ordre du barreau de Marseille.

Ses domaines d’intervention sont essentiellement axés sur le droit pénal, les défenses des libertés fondamentales et le droit public.

En outre, Membre de la liste de défense pénale d’urgence, il est Vice-président de la Commission Droits de l’homme du barreau de Marseille.

Plusieurs affaires ont retenu l’attention des médias dont notamment les procédures visant à faire déclarer inconstitutionnelle par le Conseil constitutionnel une loi portant atteinte aux droits des minorités non sédentaires (QPC relative au carnet de circulation).

À ce titre, Olivier Le Mailloux a été amené  à plaider devant le Conseil constitutionnel et à échanger directement  avec différents ministres  et conseils interministeriels quant à meilleure prise en charge des libertés fondamentales.

Il en a été de même pour la question prioritaire relative à l'indépendance du Parquet qu’il a plaidée.

Constitutionnaliste, il a éte régulièrement auditionné à l’Assemblée Nationale et par le Sénat dans le cadre de l’élaboration de plusieurs lois importantes ayant trait aux droits fondamentaux.

Il a traité d’affaires médiatiques en matière pénale contre l’incitation à la haine de certains élus vis-à-vis de la communauté des gens du voyage.

Olivier Le Mailloux a pu récemment faire reconnaître pour la première fois devant le juge administratif la fraternité comme liberté fondamentale invocable devant la justice administrative, y compris dans les procédures d'urgence.

Humaniste, universitaire et ancien élève de l’IEP d’Aix-en-Provence, il  croit en l’imagination raisonnée comme vecteur créateur de droit et croit pouvoir accompagner l’évolution de certaines normes, frappées de l’obsolescence du temps.

Enfin, collectionneur averti de Street art, il supporte cet art significatif d’un dire sociétal.