MENU
K2

Le Conseil Local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance, acteur local majeur de sécurisation de la cité

Le Conseil Local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance, acteur local majeur de sécurisation de la cité - publication Cercle K2

Le Cercle K2 n'entend donner ni approbation ni improbation aux opinions émises dans les publications (écrites et vidéos) qui restent propres à leur auteur.

Michel Barret est Maire Adjoint de Gif-sur-Yvette, Délégué à la Prévention et à la Sécurité.

---

Qui pourrait contester aujourd’hui que la sécurité est devenue l’affaire de tous.

Autres temps, autres mœurs ! 

En effet, il fut une époque pas si lointaine où cette problématique relevait quasi exclusivement des affaires de l’État, un domaine régalien, dans lequel les intrus étaient vilipendés sinon chassés par les tenants de la sécurité publique, jaloux de leurs prérogatives héritées du sacro-saint principe Weberien de la violence légitime !

Ce temps semble définitivement révolu et, si le champ d’intervention est encore bien délimité de nos jours entre les acteurs publics et privés de la sécurité, force est de constater que ces derniers ne sont plus considérés par les premiers comme des parias, mais comme de véritables partenaires dans la chaîne de la sécurité.

Il en est de même des particuliers, désormais invités à participer à ce challenge par l’apport d’une contribution qui doit permettre de lutter encore plus efficacement contre le sentiment d’insécurité qui sape le moral des français.  

Les mentalités des acteurs publics auront ainsi beaucoup évolué au cours des dernières décennies, tant vers l’acceptation du principe d’une marchandisation de la sécurité (en dehors même de la sphère purement privée, comme les galeries commerciales, les aéroports, les gardes statiques) que vers un transfert de stratégie, par une prise en considération du métier et des compétences des acteurs du système, en marge du seul statut d’agent d’autorité.

Nécessité fait loi et c’est donc logiquement que l’on a vu se développer ces nouvelles pratiques, appuyées sur des technologies et des moyens empruntés au secteur privé et de plus en plus sophistiqués afin de mieux répondre, au-delà des actes de terrorisme qui en constituent la forme la plus abjecte, a une criminalité devenue multiforme, inventive, comme parfois aussi totalement irrationnelle. Mais, si la sécurité est devenue l’affaire de tous et que les mots, comme disait Hamilton, sont les forteresses de la pensée, ils ne peuvent remplacer les actes. Et c’est bien dans la conjonction des actions, du niveau national à celui du particulier, du secteur public à celui du privé que se situe la réponse à cette très importante problématique. 

Le Conseil Local de Sécurité et de Prévention de la Delinquance (CLSPD) constitue, à cet égard, cette structure intermédiaire mise en œuvre au niveau local et qui agit de façon pluridisciplinaire, en amont comme en aval des actes délictueux, et de ces multiples incivilités qui en constituent souvent le terreau.

Il met en œuvre une réponse plurielle à un phénomène qui ne l’est pas moins, qui prend ses racines dans une perte des valeurs universelles et une déliquescence de toutes les formes d’autorité : État, famille, école... et qui se déploie aujourd’hui dans un climat social horriblement dégradé par la montée de l’intégrisme islamique et les actes odieux qui sont perpétrés au nom de cette idéologie mortifère.

Ainsi, le CLSPD s’appuie sur une conjonction des intelligences et des actions. Sous la présidence du maire ou de son adjoint délégué, il mobilise tous les acteurs institutionnels et privés concernés localement (Parquet, PJJ, GN, SDIS, PM, EN, Bailleurs sociaux, Médiateurs, Habitants relais, etc. pour concevoir, mettre en oeuvre, suivre et actualiser une politique publique locale de sécurité qui soit la plus adaptée possible au contexte territorial.

C’est une structure dont le développement doit être encouragé, car au prix de cette alliance et d'un effort collectif sans relâche, au cœur de ce périmètre sociologique pertinent que constitue la Cité, il ne fait plus aucun doute que des résultats tangibles en sont obtenus.

Mis légitimement à l’actif de la sécurisation de la ville, ils le sont aussi, par voie de conséquence, à celui de la sécurité générale de toute la société.

Michel Barret

Publié le 10 décembre 2020