MENU

Jacques Hubert

Président Fondateur de la Maison du Dialogue et de la Paix, MADIPAX. Directeur d’Etablissement à caractère social. Médiateur

Activités Associatives

  • Président Fondateur de la Maison du Dialogue et de la Paix MADIPAX, Association 1901 nationale dont le siège social est à Paris.
  • Président d’Honneur et Fondateur en 1996 de TIBHIRINE, Association pour le Dialogue Interreligieux.
  • Secrétaire Général de la Conférence Mondiale des Religions pour la Paix (CMRP) siège à Paris, Président : Ghaleb Bencheikh.

 

Après une formation supérieure en psychologie générale et en sciences sociales, complétée par le CAPASE et après le service militaire, la carrière professionnelle est orientée dans le domaine de la réinsertion sociale et de l’accompagnement des personnes les plus en difficultés.

Tout en exerçant ses responsabilités principalement dans la création et le développement de l’Association « L’œil Ecoute », spécialisée dans la prévention et la réinsertion sociale par l’économique, il s’intéresse à la recherche dans ce domaine et participe à différentes commissions de réflexions et d’études tant au plan national qu’européen.

Après s’être formé à la Médiation à Paris il crée un Cabinet privé de Médiation généraliste, dénommé Cabinet de Médiation Citoyenne sur Nantes.

Il prendra ensuite la direction d’un important Etablissement d’Hébergement à caractère social (90 salariés, 120 places) accueillant des jeunes placés par la justice, l’ASE, et des jeunes mères avec enfants.

Ses nombreux engagements, avec des partenaires de tous horizons,  l’amènent à fonder Madipax, la Maison du Dialogue et de la Paix, afin de  mettre en place sur le terrain, en France et à l’étranger, des espaces de rencontre, « laboratoires de paix », qui deviendront, avec le temps, des références en matière de gestion de la diversité. Par ces actions ouvertes au Dialogue interculturel et à la rencontre, Madipax souhaite que la voix de la Paix se fasse entendre avec plus d’intensité. Un monde pluriel peut-être un monde pacifique et c’est, ensemble différents, que l’on réconciliera l’exigence spirituelle et le réalisme citoyen.